OUVRAGE A5 BOIS DU FOUR
Ligne Maginot
Villers-la-Montagne
Secteur fortifié de la Crusnes
Aller au contenu
Inauguration du mémorial le 28 septembre 2024
La cérémonie débutera à 10h à l'ouvrage A5 Bois du Four. Pour vous y rendre il faut prendre la nationale RN52. Vous devez sortir à Morfontaine et en prendre la direction puis à 500 m vous aurez un chemin à droite qui vous conduira à l'ouvrage. Il y a un parking végétalisé naturel.
A l'issu de la cérémonie vous serez convié à un vin d'honneur à la salle des sports de Villers-la-Montagne.
Si vous le souhaitez, vous aurez la possibilité de visiter l'ouvrage le samedi à 14h ou le dimanche à 14h. Pour les personnes qui résident sur le pays-haut, nous vous invitons à privilégier le dimanche à la faveur de ceux qui viennent de loin le samedi.
Pour la cérémonie et les visites merci de vous munir de votre carton d'invitation.
Vous souhaitez plus d'informations ? Contactez la Mairie au 03 82 44 01 09 . Vous rencontrez une difficulté le jour J, appelez l'association au 07 68 34 36 71.
À l'occasion des 85 ans du début de la Seconde Guerre mondiale et des  80 ans de la Libération du Pays-Haut, l'Association Ouvrage A5 Bois du  Four - Villers-la-Montagne va inaugurer le monument commémoratif rendant  hommage à l'équipage de l'ouvrage éponyme le samedi 28 septembre 2024, à  10h.

En septembre 1939 en effet, la mobilisation  générale battait son plein suite à l'invasion de la Pologne par  l'Allemagne nazie et l'URSS. 140 hommes se retrouvèrent ainsi mobilisés à  l'ouvrage A5 Bois du Four, un véritable fleuron de la ligne Maginot  dont il est également l'un des plus gros monolithes avec 6000 mètres  cube de béton armé.
En mai-juin 1940, l'ouvrage est en première  ligne lors du déclenchement de l'offensive allemande, dont le fer de  lance passe par le sud du Luxembourg et de la Belgique. Impuissant, il  assiste à la chute de Longwy, mais guide les tirs de destruction d'une  batterie française sur le crassier de la cité sidérurgique, où  l'envahisseur s'était risqué à hisser un oriflamme à croix gammée. En  mai 1940, la fortification française joue parfaitement son rôle de  bouclier et d'épouvantail, l'armée allemande préférant s'engager en  Belgique, que les alliés français et britanniques percevaient comme un  champ de bataille favorable... à tord. Si la ligne Maginot remplit sa  mission, la suite des opérations tourne au désastre pour les alliés.
Suite  à la percée de Sedan, vient l'évacuation du corps expéditionnaire  britannique puis des troupes françaises qui purent embarquer à  Dunkerque. À la mi-juin, la ligne Maginot commence à être encerclée.  Appuyé ou guidant les tirs de ses puissants voisins, Latiremont et  Bréhain, le Bois du Four rend coup pour coup à l'adversaire, protégeant  par ailleurs constamment les casemates sous la protection de ses  mortiers de 81 mm. Bombardé quotidiennement, l'ouvrage A5 perdit trois  de ses observateurs grièvement blessés aux yeux dans leurs  cuirassements. Certes, ce ne fut pas Verdun, mais en ces jours sinistres  de juin 1940, et alors que tout s'effondrait autour d'eux, l'équipage  de l'ouvrage A5 Bois du Four, comme leurs camarades de la Crusnes, ne  firent rien que leur devoir, mais tout leur devoir. Invaincu à la tête  de ses hommes, le lieutenant Roland de Mecquenem ne remet  protocolairement son ouvrage aux Allemands que le 27 juin 1940, soit  cinq jours après la signature de l'Armistice, et deux jours après  l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, sur ordre du commandant Vanier,  commandant l'ouvrage voisin de Bréhain.
Les lois de la guerre  auraient voulu que les soldats invaincus de la ligne Maginot rejoignent  la zone libre, mais le vainqueur dictant ses règles, la captivité  attendit la plupart d'entre eux, jusqu'à la Libération des oflags et  stalags en 1945.

En septembre 1944, quelques mois après  le Débarquement, les troupes américaines, épaulées par les FFI locaux  libèrent le Pays-Haut. Les anciens membres de l'équipage du Bois du Four  ont connu des fortunes diverses. Evadé, le capitaine de Mecquenem est  détaché à l'opération Jedburgh et participe activement à la Libération.  Evadé également, le caporal-chef Habermacher a payé cher ses services  rendus aux renseignements britanniques et est interné à Dachau. Beaucoup  sont en captivité dans les stalags depuis l'été 1940, plus ou moins  bien traités...
Du Bois du Four, il ne reste qu'une épave fumante,  dépouillée, sans âme. L'ouvrage a été presque complètement ferraillé  sous l'Occupation. La tourelle est dépouillée, les cloisons ont été  perforées pour récupérer le moindre gramme de métal utile à l'industrie  de guerre nazie, les moindres installations électriques ont été rasées  au burin.
Il y a 80 ans, l'ouvrage A5 Bois du Four plongeait dans les limbes de l'oubli.

Au  tout début des années 1990 pourtant, une étincelle surgie. Monsieur  François Boudot, maire de Villers-la-Montagne, décida d'acheter  l'ouvrage et de le confier à l'Association de Préservation du Patrimoine  de Villers-la-Montagne. À partir de 2008, il est décidé de remettre  l'ouvrage A5 Bois du Four dans son état de 1940, au détail près.

Aujourd'hui,  le A5 est devenu une véritable machine à remonter dans la ligne  Maginot, proposant une découverte immersive de ses arcanes sans  équivalant. Le site devient peu à peu un véritable conservatoire de  l'univers mental des troupes de forteresse unique en son genre,  s'intéressant aussi bien à l'histoire des combats, qu'à l'uniformologie  ou aux usages quotidiens des combattants - culture littéraire et  théâtrale sous le béton, importation de vaisselle utilitaire issue des  faïenceries locales en vue d'améliorer l'ordinaire. Récemment,  l'Association Ouvrage A5 Bois du Four a lancé un audacieux programme de  sauvetage de fresques murales de la ligne Maginot, prélevées avec la  bénédiction des Bases de Défense de l'Est de la France, restaurées et  intégrées au parcours muséographique du site.
Sombre ruine en  1944, l'ouvrage A5 Bois du Four est aujourd'hui un site rayonnant  renouant avec son histoire militaire, industrielle et artistique dans un  écrin écotouristique incomparable.

Jalon d'une  dynamique de restauration patrimoniale et de valorisation touristique  exemplaire, l'inauguration du monument extérieur dédié à l'équipage de  l'ouvrage A5 Bois du Four n'en est pas moins la concrétisation de  décennies de travail bénévole aux services de notre territoire, à  laquelle vous nous feriez l'honneur et le plaisir de vous associer.

La municipalité de Villers-la-Montagne et l'association Ouvrage A5 Bois du Four sont  heureuses de vous inviter à la cérémonie d'inauguration de notre  monument commémoratif, qui se tiendra devant l'ouvrage  en présence de plusieurs  familles des anciens de l'ouvrage, venues de toute la France, des élus  locaux, des représentants de l'autorité militaire et des membres de  l'Association.
Cette cérémonie sera suivie d'un vin d'honneur à la  salle des sports de Villers-la-Montagne, puis d'une visite de  l'ouvrage, soit le samedi 28 septembre à 14h, soit le dimanche 29  septembre à 14h.

Afin de nous permettre d'organiser au  mieux cette journée dédiée au souvenir, nous vous remercions de nous  indiquer si vous souhaitez tenir un discours lors de la cérémonie, de  nous confirmer votre présence au vin d'honneur et à la visite  organisée le samedi ou le dimanche.
Les consignes à connaitre avant votre visite

  1. - La visite dure environ 2 heures minimum et il est conseillé d’avoir de bonnes chaussures et une petite laine.
  2. - Nous déconseillons la visite aux enfants de moins de 7 ans et aux personnes ayant des difficultés motrices.
  3. - Les visiteurs sont responsables de tous dégâts qui seraient causés à l’intérieur de l’ouvrage et sur le site en extérieur.
  4. - Les animaux de compagnie et les sacs sont interdits dans l’ouvrage pour le confort & sécurité. Nous pouvons gratuitement garder vos sacs.
  5. - Les photos et vidéos sont autorisées et peuvent être diffusées mais en toute objectivité positive.
  6. - Vous êtes sur un site écotouristique et de mémoire, merci de le respecter.
  7. - Il est interdit de fumer dans l’ouvrage. Un cendrier est à votre disposition à l'entrée de la porte de l'ouvrage.
  8. - Le site extérieur et l’intérieur de l’ouvrage sont sous vidéo-surveillance.
  9. - Il est interdit de toucher tout ce qui serait à portée de main dans l’ouvrage. Tout dégât sera de la responsabilité de la personne ayant enfreint la règle.
Retourner au contenu